Il était une fois Châtillon-en-Vendelais

Située aux confins de la Bretagne, de la Normandie et du Maine, cette petite localité de 1719 habitants est, comme l’indique la légende d’une ancienne carte postale de l’éditeur  ARTAUD, « Située au nord est de Rennes, cette petite localité est appréciée pour son calme et son plan d’eau… »

Sa superficie est de 3204 hectares, son point culminant est de 184 mètres.

Comme 37 communes de France, cette bourgade à choisi d’être identifiée par un petit château, un « châtillon ».

Un peu d’histoire locale

Au XIe siècle, l’Abbaye de St Florent en Anjou y fonda un prieuré. Un château fortifié y fut construit en 1040 qui prit le nom de Plessis Inogen. Il fut donné au second Seigneur de Vitré, Tristan, qui épousa la belle Inogen, sœur de Main, Seigneur de Fougères.
Le château construit sur un piton rocheux, surplombant l’étang, supporta plusieurs sièges.
En 1488, Louis de la Trémouille y passa avec son armée. En 1591, il fut pris par le Duc de Mercoeur et le Prince de Dombes. Deux ans plus tard, les États de Bretagne refusèrent de participer à l’entretien de la garnison et demandèrent la démolition de cette forteresse. Richelieu leur donna satisfaction et la fit abattre en 1623. Les pierres furent réemployées dans la construction d’une maison du bourg.

Les lieux nommés Châtillon tirent leur origine d’une ancienne fortification de l’époque gallo-romaine ou celle du Moyen-Age. Celle qui a donné naissance à Châtillon-en-Vendelais datait du XI ème siècle.
On peut dire que le château qui à donné son nom à notre commune, a dressé, durant plus de 500 ans, sur son promontoire, la masse de ses remparts et de ses tours.